international.cci-paris-idf.fr
Le site des opérateurs du commerce international
Ma lettre d'info

Lettre d'information - Septembre 2017

Lettre du mois | Lettres précédentes

Dernières mises à jour
Dernières minutes réglementaires
 Russie -  Prolongation de l'embargo économique à l'encontre de l'UE jusqu'au 31 décembre 2018 et étendue de gamme de viande et bétail interdits d'importation en Russie. 
 Japon -  Réouverture à l' importation de volaille et foie gras français.
 Canada -  Entrée en vigueur provisoire, le 21 septembre 2017, de l'accord de libre échange UE-Canada.
 Algérie -  Suspension de l'importation d'une vingtaine de produits alimentaires, de préparations alimentaires et de biens d'équipements.
 Russie -  Prorogation des sanctions économiques de l’UE jusqu’au 31 janvier 2018. Elles concernent la limitation de l’accès aux marchés des capitaux européens, l’embargo sur les armes, l’exportation de biens à double usage, l’accès à certains services et technologies sensibles pouvant être utilisés pour la production et l’exploration pétrolières.
 Equateur -  Suppression de la surtaxe à l'importation d'ici à juin 2017.
 Etats-unis -    Obligation de mise en place d'un plan de maîtrise sanitaire (déjà en vigueur depuis novembre 2016 pour les grandes entreprises) à partir de novembre 2017 pour les PME.  
Toutes les minutes réglementaires

Commerce extérieur : dynamisme des exportations et réduction du déficit

23/02/2016

En 2015, les exportations françaises ont nettement progressé (+ 4,3 %) pour s’établir à 455 milliards d’euros, et les importations n’ont augmenté que modérément (+ 1,2 %) pour atteindre un peu plus de 500 milliards d’euros. Conséquence, le déficit du commerce extérieur subsiste (-45,7 milliards d’euros), mais il s’est réduit pour la 4ème année consécutive.

Au niveau des produits exportés, on constate une hausse des livraisons aéronautiques et spatiales (+ 11,4 %), des véhicules et de leurs équipements (+ 8,7 %), des produits informatiques et électroniques (+ 7,9 %), des produits de luxe (joaillerie et bijouterie, parfums et cosmétiques, habillement et cuir et boisson). À noter le solde positif de 9,2 milliards d’euros pour les parfums et cosmétiques, deuxième excédent commercial après l’aéronautique. À l’import, on assiste à la progression des achats de matériels de transport (+ 13,7 %), de véhicules (+ 11,8 %), de produits informatiques, électroniques et optiques (+ 9 %), de textile et habillement (+ 7,7 %) et des produits agricoles et agroalimentaires (+ 4,1 %). Par contre, les importations de produits pharmaceutiques sont en baisse, comme les achats de produits énergétiques (consécutivement à la chute du prix du pétrole).

Sur le plan géographique, les exportations se consolident au niveau européen (+ 2,2 %) et, en particulier, vers l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Italie, ainsi que vers les pays tiers, à savoir les États-Unis (+ 19,5 %), l’Asie (+ 5,1 %) et, bien sûr, la Chine ainsi que vers les pays producteurs de pétrole et l’Afrique. En revanche, les exportations vers l’Europe hors UE sont en baisse, sauf pour la Turquie et la Suisse. Les importations, par contre, s’accroissent depuis l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie et augmentent en provenance des pays tiers, notamment depuis l’Asie (Chine et Vietnam) et les États-Unis. Le solde bilatéral avec la Chine se dégrade pour atteindre - 28,9 milliards d’euros en 2015, soit le premier déficit français, loin devant celui de l’Allemagne (- 15,6 milliards). La baisse des importations concerne particulièrement les pays fournisseurs de pétrole (Afrique, pays hors UE, pays du Proche et Moyen-Orient).

Le Secrétaire d’État au commerce extérieur, Mathias FEKL, a déclaré lors de la présentation des chiffres 2015 du commerce extérieur le 5 février 2016 : « l'orientation géographique de nos exports et notre spécialisation sectorielle ont joué en notre faveur, grâce à la reprise de l'activité dans les économies avancées, notamment en zone euro, qui demeure notre premier marché, ainsi qu'au dynamisme de nos exportations dans le secteur des transports et du luxe notamment. Si nous constatons une dégradation du solde commercial hors énergie, la poussée de nos importations, qui est l'une des principales causes de cette dégradation, traduit largement la reprise de l'activité en France ».

Pour en savoir plus, consulter :