international.cci-paris-idf.fr
Le site des opérateurs du commerce international
Ma lettre d'info

Lettre d'information - Septembre 2017

Lettre du mois | Lettres précédentes

Dernières mises à jour
Dernières minutes réglementaires
 Russie -  Prolongation de l'embargo économique à l'encontre de l'UE jusqu'au 31 décembre 2018 et étendue de gamme de viande et bétail interdits d'importation en Russie. 
 Japon -  Réouverture à l' importation de volaille et foie gras français.
 Canada -  Entrée en vigueur provisoire, le 21 septembre 2017, de l'accord de libre échange UE-Canada.
 Algérie -  Suspension de l'importation d'une vingtaine de produits alimentaires, de préparations alimentaires et de biens d'équipements.
 Russie -  Prorogation des sanctions économiques de l’UE jusqu’au 31 janvier 2018. Elles concernent la limitation de l’accès aux marchés des capitaux européens, l’embargo sur les armes, l’exportation de biens à double usage, l’accès à certains services et technologies sensibles pouvant être utilisés pour la production et l’exploration pétrolières.
 Equateur -  Suppression de la surtaxe à l'importation d'ici à juin 2017.
 Etats-unis -    Obligation de mise en place d'un plan de maîtrise sanitaire (déjà en vigueur depuis novembre 2016 pour les grandes entreprises) à partir de novembre 2017 pour les PME.  
Toutes les minutes réglementaires

Nouvelle hausse du déficit commercial au 1er trimestre 2015

04/06/2015

Le déficit commercial s’est accru au 1er trimestre 2015 (12 milliards d'euros après 10,8 milliards au trimestre précédent), malgré la réduction du déficit énergétique. Même hors énergie et matériel militaire, le déficit persiste (5,4 milliards d'euros). Cette dégradation s’explique doublement.
    
Elle résulte d’abord de la stagnation des exportations (après un rebond de 2,3% au trimestre précédent), qui dissimule une baisse des exportations aéronautiques - celles-ci ont été exceptionnelles fin 2014 - mais également des ventes de produits pétroliers raffinés et de produits chimiques (en particulier, les produits cosmétiques). À l’inverse, certains secteurs ont été dynamiques comme l’automobile, les produits informatiques et électroniques, les industries agroalimentaires, les produits agricoles et pharmaceutiques.

La hausse des importations dans un contexte de reprise de la demande intérieure (+ 1%, soit 1,2 milliard d'euros) représente le second facteur à l'origine de ce déficit commercial. Ainsi, sont en augmentation les achats de biens aéronautiques (turboréacteurs), d’automobiles & de biens d’équipement automobiles, de machines, d’équipements électriques et électroniques et de produits agricoles (fruits et légumes). En revanche, l’importation de produits pharmaceutiques a reculé.

Sur le plan géographique, on constate un léger recul des ventes sur l’Union européenne, le déficit passant de 6,2 à 6,3 milliards d'euros en un trimestre et ce, malgré une progression des échanges vers plusieurs pays (en particulier l’Italie, le Royaume–Uni, l’Allemagne et la Pologne). Le déficit s’est également accru avec l’Asie, notamment avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud (- 8 milliards d'euros après - 6 milliards). La progression des ventes vers l’Amérique a permis d’atteindre un solde proche de l’équilibre avec ce continent. La France ne dégage ainsi un excédent qu'avec l’Afrique (conséquence de la signature de grands contrats notamment avec la Libye, l’Égypte, l’Angola) et le Proche & Moyen-Orient.

Le déficit commercial a donc tendance à perdurer. Mais « Sur une longue période, le déficit reste néanmoins clairement sur une tendance à la baisse ». Reste que, sans une réduction de la facture énergétique, cette tendance n’existerait pas.


Pour en savoir plus, consulter le bilan trimestriel et autres données sur le site de la Direction générale des douanes et droits indirects.