international.cci-paris-idf.fr
Le site des opérateurs du commerce international
Ma lettre d'info

Lettre d'information - Septembre 2017

Lettre du mois | Lettres précédentes

Dernières mises à jour
Dernières minutes réglementaires
 Russie -  Prolongation de l'embargo économique à l'encontre de l'UE jusqu'au 31 décembre 2018 et étendue de gamme de viande et bétail interdits d'importation en Russie. 
 Japon -  Réouverture à l' importation de volaille et foie gras français.
 Canada -  Entrée en vigueur provisoire, le 21 septembre 2017, de l'accord de libre échange UE-Canada.
 Algérie -  Suspension de l'importation d'une vingtaine de produits alimentaires, de préparations alimentaires et de biens d'équipements.
 Russie -  Prorogation des sanctions économiques de l’UE jusqu’au 31 janvier 2018. Elles concernent la limitation de l’accès aux marchés des capitaux européens, l’embargo sur les armes, l’exportation de biens à double usage, l’accès à certains services et technologies sensibles pouvant être utilisés pour la production et l’exploration pétrolières.
 Equateur -  Suppression de la surtaxe à l'importation d'ici à juin 2017.
 Etats-unis -    Obligation de mise en place d'un plan de maîtrise sanitaire (déjà en vigueur depuis novembre 2016 pour les grandes entreprises) à partir de novembre 2017 pour les PME.  
Toutes les minutes réglementaires

Internationalisation du yuan : une stratégie à pas comptés

18/12/2013

La sous-évaluation monétaire a toujours été l’un des arguments récurrents servant à expliquer la trajectoire économique chinoise : en veillant à ne pas laisser sa monnaie s’apprécier à sa juste valeur, Pékin conserve un avantage compétitif décisif.  

Cependant, depuis la crise économique de 2008, la Chine, deuxième puissance économique du monde, tente d’être moins dépendante du dollar. Dans ce contexte de panique financière, le gouvernement chinois et la banque centrale du pays ont décidé de promouvoir l’internationalisation du yuan. Ainsi, depuis 2009, les entreprises chinoises peuvent facturer en yuans leurs transactions commerciales avec l'étranger et, depuis 2010, les entreprises étrangères peuvent emprunter en yuans, via Hongkong, sur un marché off-shore.
 
L’ensemble de ces éléments invite à se poser une série d’interrogations :
  • comment le gouvernement chinois entreprend-il l’internationalisation du yuan?
  • Quels sont les objectifs commerciaux et stratégiques de ce phénomène ?
  • Où en est-on dans sa mise en œuvre ?
  • Quelles en sont ses limites ?
Cette lettre de la Direction Générale du trésor permet de répondre à ces questions, tout en exposant les enjeux et aléas que présente l'internationalisation du yuan.