international.cci-paris-idf.fr
Le site des opérateurs du commerce international
Ma lettre d'info

Lettre d'information - Septembre 2017

Lettre du mois | Lettres précédentes

Dernières mises à jour
Dernières minutes réglementaires
 Côte d'Ivoire -  Mise en place d'un contrôle de conformité des produits soumis importés à partir du 1er mars 2018.
 Russie -  Prolongation de l'embargo économique à l'encontre de l'UE jusqu'au 31 décembre 2018 et étendue de gamme de viande et bétail interdits d'importation en Russie. 
 Japon -  Réouverture à l' importation de volaille et foie gras français.
 Canada -  Entrée en vigueur provisoire, le 21 septembre 2017, de l'accord de libre échange UE-Canada.
 Algérie -  Suspension de l'importation d'une vingtaine de produits alimentaires, de préparations alimentaires et de biens d'équipements.
 Russie -  Prorogation des sanctions économiques de l’UE jusqu’au 31 janvier 2018. Elles concernent la limitation de l’accès aux marchés des capitaux européens, l’embargo sur les armes, l’exportation de biens à double usage, l’accès à certains services et technologies sensibles pouvant être utilisés pour la production et l’exploration pétrolières.
 Equateur -  Suppression de la surtaxe à l'importation d'ici à juin 2017.
Toutes les minutes réglementaires

3 questions à... Fahima Sadaoui-Ramos

Retour sur la French IT Connection 2012 ● Montréal, Canada ● 01-05 octobre 2012.

Propos recueillis par l’équipe de lexportateur.com auprès de Fahima Sadaoui-Ramos, Conseiller international Amérique du Nord de la Direction international de la CCIP.

 

Quelle est l’originalité de la French IT Connection par rapport à d’autres missions proposées aux entreprises françaises sur le Canada ?

 
« La French IT Connection est une mission de prospection commerciale dans le secteur des TIC assez unique en son genre.
 
Un mois avant la départ, les chefs d’entreprise sont préparés au marché canadien ; ils apprennent à identifier les clauses clefs d’un contrat commercial avec une entreprise canadienne ; ils sont informés des précautions à prendre en termes de propriété intellectuelle ; et enfin nous les formons à la présentation de leur société en deux minutes en anglais (c’est le fameux « Elevator Pitch »).
 
Pendant la mission à Montréal, Toronto et/ou Vancouver, les entreprises bénéficient de l’accompagnement de la Chambre de commerce Française au Canada et d’Ubifrance. C’est d’ailleurs la seule mission de prospection commerciale au Canada qui unit l’ensemble du réseau français au Canada autour d’un même projet.
 
Chaque entreprise dispose de son programme de rendez-vous individuels et, chaque soir, nous réalisons des débriefings collectifs afin que chacun tire parti des expériences des autres. Grâce à cette méthode, il n’est pas rare de voir deux entreprises parisiennes travailler ensemble, unir leurs services pour répondre à la demande d’un prospect canadien par exemple.
 
Enfin, un mois après la mission, la CCIP organise une réunion de débriefing, suivie d’un  workshop intitulé « S’implanter au Canada, mode d’emploi ». A l’issue de cette matinée collective, la CCIP élabore, avec chaque entreprise, le plan d’action de suivi de son projet sur le Canada qui va de 12 à  36 mois. A chacun sa formule.
  • certaines entreprises vont vouloir un stagiaire international au sein de leur structure, « coaché » par la CCIP ;
  • d’autres programmeront des réunions individuelles mensuelles ;
  • d’autres encore opteront pour un échange téléphonique hebdomadaire ;
  • etc.
La CCIP s’adapte à l’entreprise, avec un objectif clair : la guider afin de transformer les prospects canadiens en clients ! »
 
 

Certains secteurs des TIC se sont-ils révélés plus porteurs que d’autres cette année ?

 
« Le secteur des TIC est l’un des plus dynamiques de l’économie canadienne (chiffre d’affaires annuel estimé à plus de 155 milliards de dollars canadiens). La plupart des provinces canadiennes en ont fait depuis de longues années un secteur prioritaire pour leur développement économique ; en particulier l’Ontario (la région du Grand Toronto est le 3ème pôle nord-américain en matière de TIC), le Québec (avec Montréal et Québec city) ainsi que la Colombie Britannique (avec Vancouver).
 
De nombreux clusters ou grappes technologiques fédèrent et soutiennent une industrie où l’innovation est primordiale et qui représente le premier récipiendaire des dépenses en R&D du Canada. Le Canada est également reconnu comme chef de file mondial pour les technologies sans fil, les applications liées à la sécurité ou le divertissement numérique. 
 
Les segments les plus porteurs du secteur en 2012 sont :
  • les produits et services pour les télécommunications/internet
  • les logiciels et services informatiques
  • les médias numériques et interactifs
Nos PME parisiennes telles que Business Document - spécialisée dans l’archivage de tous documents dédiés à la communication vers les clients : courriers, campagnes marketing, offres de prêts, contrats, factures -, My Meetings on Demand qui propose une solution de worflow des réunions : avant, pendant et après la réunion, ou encore Sifaris - PME qui œuvre dans la sécurité informatique - ont ainsi toutes trouvé un écho très favorable au Québec ».
 
 

Quel bilan tirez-vous de cette 5ème édition de la French IT Connection : avez-vous observé des changements par rapport aux éditions précédentes ?

 
« Un changement important est apparu : le budget de prospection de nos PME a fondu comme neige au soleil : cette année, aucune des 12 entreprises n’est allée prospecter Toronto ; toutes se sont concentrées sur Montréal, à la différence des années précédentes où certaines avaient même ajouté une troisième ville de  prospection, Vancouver, la ville de l’ouest canadien incontournable dans le secteur des TIC de ce pays…
 
Cette prudence ne met pas en péril leur réussite mais signifie qu’elles mettront plus de temps à conquérir ce marché. L’expérience nous a, en effet, démontré que l’année n+1 après cette  mission de prospection, une PME ouvre un bureau à Montréal, l’année n+2, elle trouve un agent à Toronto, et l’année n+3, elle trouve un agent à Vancouver. Elle couvre ainsi le marché canadien qui, je le rappelle, fait 18 fois la France en termes de superficie…
 
Autre particularité de cette année 2012 : les projets au Canada ne sont pas du tout gelés par la crise comme en France ou, plus largement, en Europe. Ainsi une de nos PME (dont je ne peux citer le nom), arrivée à Montréal le dimanche soir, a-t-elle effectué des rendez-vous ciblés en début de semaine et pris un rendez-vous avec un avocat dès le vendredi pour constituer sa filiale à Montréal et décrocher un premier client canadien ! »
 
Les contrats se signent très vite au Canada si l’on se prépare bien à aborder le marché, si l’on a le personnel nécessaire au bon suivi des contacts et si, bien entendu, l’on apporte une solution innovante et unique ! Faut-il rappeler que 80 % des entreprises françaises qui ouvrent leur premier bureau en Amérique du Nord le font à Montréal ?...