international.cci-paris-idf.fr
Le site des opérateurs du commerce international
Ma lettre d'info

Lettre d'information - Septembre 2017

Lettre du mois | Lettres précédentes

Dernières mises à jour
Dernières minutes réglementaires
 Russie -  Prolongation de l'embargo économique à l'encontre de l'UE jusqu'au 31 décembre 2018 et étendue de gamme de viande et bétail interdits d'importation en Russie. 
 Japon -  Réouverture à l' importation de volaille et foie gras français.
 Canada -  Entrée en vigueur provisoire, le 21 septembre 2017, de l'accord de libre échange UE-Canada.
 Algérie -  Suspension de l'importation d'une vingtaine de produits alimentaires, de préparations alimentaires et de biens d'équipements.
 Russie -  Prorogation des sanctions économiques de l’UE jusqu’au 31 janvier 2018. Elles concernent la limitation de l’accès aux marchés des capitaux européens, l’embargo sur les armes, l’exportation de biens à double usage, l’accès à certains services et technologies sensibles pouvant être utilisés pour la production et l’exploration pétrolières.
 Equateur -  Suppression de la surtaxe à l'importation d'ici à juin 2017.
 Etats-unis -    Obligation de mise en place d'un plan de maîtrise sanitaire (déjà en vigueur depuis novembre 2016 pour les grandes entreprises) à partir de novembre 2017 pour les PME.  
Toutes les minutes réglementaires

3 questions à... Valérie Six

Retour sur le Salon International du meuble 2012 ● Milan, Italie ● 18-19 avril 2012.

Propos recueillis par l’équipe de lexportateur.com auprès de Valérie Six, Conseiller international Mode-Luxe-Design de la Direction international de la CCIP.
 


Quels services proposez-vous aux entreprises (agences, designers) d’Île-de-France lorsque vous les accompagnez sur des salons comme le Salone internazionale del mobile ?


"L’accompagnement démarre avant la mission par des entretiens individuels entre les designers intéressés et les conseillers chargés, à Paris et à Milan, de l’organisation et du suivi de la mission. Ses entretiens permettent d’évaluer la maturité de leur offre par rapport aux exigences des fabricants/éditeurs italiens, mais aussi leur capacité à suivre un projet à distance et dans la durée.

Une fois le groupe de designers constitué, le travail consiste en l’élaboration d’un programme de rendez-vous ciblés entre designers français et fabricants/éditeurs de mobilier italiens. De tels rendez-vous sont particulièrement difficiles à obtenir dans le cadre d’une approche individuelle. Les designers manquent souvent de temps et de contacts  pour s’en charger, et les fabricants et éditeurs italiens, eux-mêmes, sont trop occupés et sollicités pour accorder un intérêt à chaque dossier reçu (certains en reçoivent plusieurs centaines par mois !).

Notre rôle consiste donc à aider les entreprises à cibler les bons éditeurs (nous leur fournissons une liste avec sites internet de 200 entreprises en leur demandant d’en retenir 30 parmi les plus proches de leur univers créatif), puis à contacter et relancer autant de fois que nécessaire les éditeurs sélectionnés jusqu’à l’obtention d’une réponse, positive ou négative, pour un rendez-vous. C’est un travail fastidieux, mais payant, puisque chaque designer décroche en général un minimum de 10 rendez-vous sur 2 jours.

En parallèle de cet accompagnement individualisé, nous avons organisé cette année une conférence portant sur le droit européen de la propriété intellectuelle, afin de permettre aux designers d’aller à l’international avec les bonnes protections de leurs dessins et modèles notamment.

Un suivi était également inclus dans la prestation, avec proposition de traduction et relance de contacts".
 

 

L’Italie est-t-elle toujours considérée comme « un incontournable » pour les designers en dépit de la crise économique ?


"La crise n’a pas épargné les fabricants et éditeurs de meubles italiens et certains semblent plus prudents dans leur sélection de designers. Les plus grands, notamment, préfèrent miser sur des « valeurs sûres ». Il n’en demeure pas moins que l’Italie reste un vivier unique en Europe d’ateliers et d’usines aux savoir-faire précieux et d’éditeurs à la renommée internationale. Toujours incontournable, donc, et le salon du meuble de Milan reste la « grand-messe » du secteur !

Toutefois les choses sont en train de bouger. En France, notamment, où l’on assiste actuellement à un retour au « made in France » avec la renaissance, sous l’impulsion de designers, de marques de mobilier (Tolix, Alki,…) à l’avenir devenu incertain, mais aussi à la création de nouvelles maisons d’édition qui s’appuient sur un artisanat ou des savoir-faire locaux, parfois bien éloignés, à l’origine, de la décoration. Des sociétés aux produits et aux noms enchanteurs (Y’a pas le feu au lac, Moustache, Petite Friture, Marcel By, Chimère,…) créées à l’initiative, là encore, de designers ou d’entrepreneurs passionnés".
 

 

C’est la 3ème année consécutive que la CCIP est présente sur ce salon ; quelles évolutions majeures avez-vous observées ?


"La France, et c’est heureux, est de mieux en mieux représentée à Milan. Au-delà des missions que nous menons, d’autres organismes renforcent leur présence : habituellement réservé aux projets de designers, l’espace du VIA* (plus de 1 200 m2 !), était ouvert cette année aux maisons d’édition ; une initiative dont la CCIP est partenaire au titre de la filière création mode design.

La présence des Français est aussi plus visible sur des espaces italiens ou internationaux. Une évolution positive, donc, à l’image du rebond constaté en France dans le domaine du mobilier et de la décoration".

* Valorisation de l’Innovation par l’Ameublement

 


© fazon